mercredi 31 mai 2017

Le fer au cœur


Couverture Le fer au coeur


Auteur : Johan Heliot
Éditeur : Gulf Stream
Collection : Électrogène
Parution : 20 avril 2017 
Pages : 288
Prix : 17 €
Genre : Jeunesse, Steampunk
Public : à partir de 15 ans






Synopsis



Punie et brisée pour avoir bravé le regard d’un défenseur de la Vertu, la jeune Maïan est envoyée dans les tréfonds de la Ville-Basse pour y expier sa faute. C’est au coeur de ce purgatoire de vapeur dont personne ne revient jamais qu’elle rencontre Leonardo, un étudiant condamné pour avoir laissé libre cours à son imagination en créant des machines fabuleuses. Avec l’aide de Volco et Lanaé, deux habitants de la ville souterraine, Maïan et Leonardo tentent d’unir leurs forces pour survivre. Mais dans ces entrailles nauséabondes où les âmes sont corrompues à force d’être opprimées, il est difficile pour ces épris de justice d’accorder leurs ambitions…




Mon avis



Ce livre, je l'ai reçu dans la box Mille et un livres du mois de mai et je l'ai lu en lecture commune avec Agathe des Lectures d'Agathe. Même si celle-ci l'avait fini bien avant moi. 
Que dire, je suis passée par plusieurs émotions en lisant ce livre. Dans l'ensemble, cela a été une bonne lecture mais son héroïne n'est clairement pas entrée dans mes favorites, voire même elle est entrée direct dans mon top 3 des héroïnes qui m'horripilent, mais j'y reviendrais. 




La ville de Pérennia est sous la domination des dévots qui vouent un véritable culte au Père, créateur de toutes choses. Sous leur autorité, l'austérité et la terreur règnent, les habitants vivent dans l’anxiété de subir le jugement des dévots qui aboutit obligatoirement par la mort ou l'exil dans la Ville-Basse d'où personne ne revient jamais. 
C'est le sort qui attend Maïan, parce qu'elle aurait manqué de respect à un dévot, elle se retrouve punie de la pire des façons et va se retrouver dans la Ville-Basse, complètement détruite. 
Même sort pour Léonardo dont l'imagination et l’esprit d'invention vont lui coûter énormément. Très vite, leurs chemins vont se croiser et ils vont trouver des personnes qui vont les aider à survivre. Mais tout le monde n'est pas fait de bonnes intentions chez les reclus...


 

Globalement, j'ai vraiment apprécié ma lecture, j'ai trouvé l'univers riche et obscur. L'ambiance et sombre et oppressante comme l'atmosphère de la Ville-Basse : j'avais l'impression d'étouffer sous la chaleur des souterrains (il faut dire qu'il faisait extrêmement chaud ces derniers jours, ça a joué un peu), mais j'avais aussi l'impression de sentir la puanteur qui régnait dans la ville. Nous sommes aussi dans un genre totalement Steampunk avec ses machines sorties de la tête de Léonardo. 
À l'exact opposé, nous avons tout le côté fanatique des dévots qui vient contrebalancer tout ça. Ce duel entre ces deux entités sera le centre de l'histoire avec nos deux héros au centre, porteurs d'espoir, de vengeance et de violence. 

Car oui, la violence tient une grande part dans ce roman, le lecteur n'est pas épargné par la cruauté dont l'homme peut faire preuve. C'est le point fort du livre pour moi, tout ne se fait pas gentiment sans heurts, ni blessures. La vie est dure et il faut se battre pour s'en sortir. 

Et, mon dieu, cette fin ! Je ne m'attendais pas à cette révélation, j'ai été très surprise et j'aurais voulu plus creuser pour le coup ce que l'on venait d'apprendre. Mais chut, je n'en dis pas plus. 




On passe au gros point noir du roman pour moi. C'est son héroïne ! Si au début je l'aimais bien, je la trouvais sympathique, battante et gentille, c'est tout le contraire vers le milieu et la fin du livre. Les choix qu'elle prend, ainsi que ses réflexions et ses paroles envers certains personnages, m'ont littéralement mise hors de moi. Je n'irais pas dans les détails pour ne pas spoiler. Et rien que d'y repenser ça m'énerve. 
Point positif, au moins, elle m'a fait passer par plusieurs émotions, c'est le moins que l'on puisse dire : de l'attendrissement, puis de la pitié en passant par le frustration pour finir par la colère. C'est un personnage qui ne laisse pas indifférent et c'est peut être ça un bon personnage, celui qui te fait réagir quoi qu'il fasse, que ce soit bon ou mauvais. 

Mon chouchou quand même, c'est Léonardo, sa candeur, son imagination et sa bonne volonté m'ont séduite. C'est un génie de la mécanique, il est toujours à la recherche du perfectionnement et s'émerveille de tout. C'est mon coup de cœur niveau personnage. 




En bref, je ressors de ce livre avec plein d'émotions, parfois négatives, parfois positives, mais tout ça fait que c'est un bon roman pour moi. Si vous aimez l'univers mecha où l'on se bat pour gagner sa liberté, ce livre est pour vous ! 



L'avis d'Agathe

lundi 29 mai 2017

Ma vie (pas si) parfaite




Couverture Ma vie (pas si) parfaite

Auteur : Sophie Kinsella
Éditeur : Belfond
Parution : 11 mai 2017
Pages : 480
Prix : 21.00 €
Genre : Chick lit, Romance
Public : Adulte


Synopsis


La vie à Londres. Du fond de son Somerset natal, Katie en a tellement rêvé, et aujourd'hui, ça y est ! À elle les soirées branchées, les restos fashion, le job de rêve dans une grande agence de pub... Certes, elle vit en coloc à deux heures du centre. Certes, son budget est si serré qu'elle se nourrit essentiellement de nouilles instantanées. Certes, sa boss est un cauchemar. Mais plutôt mourir que de renoncer à cette vie géniale, surtout si elle peut instagramer son mokaccino hors de prix. Mais ce que Katie ignorait, c'est qu'à la capitale, tout va plus vite. Y compris se faire virer. Retour à la case départ : la campagne. Pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d'elle ? Katie va faire de la ferme familiale l'endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu'il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et, avec eux, de vieilles connaissances...




Mon avis 




Chaque année, sort un nouveau livre de Sophie Kinsella, que ce soit un nouvel épisode de l'accro du shopping ou alors un roman tout frais avec une héroïne tout aussi déjantée. Et chaque année je saute dessus comme une folle, j'ai besoin de ma dose de fraîcheur, d'insouciance, l'état de bien-être quand je lis et finis un de ses livres.

Donc forcément quand Ma vie (pas si) parfaite est sorti, il me le fallait et je l'ai littéralement dévoré !


Le plus grand rêve de Katie, c'est de vivre et travailler à Londres, de quitter sa ferme du Somerset pour vivre la vie cool et glamour qu'elle s'imagine. Et depuis quelques temps son rêve est devenu réalité, elle travaille au plus bas de l'échelle dans une agence de pub. Mais la vie rêvée a un prix et avec son salaire frôlant les pâquerettes, elle ne peut pas se permettre de flâner dans les cafés branchés, déjeuner dans les resto tendances ou s'acheter des vêtements de marques. Mais qu'importe elle édulcore son quotidien avec de belles photos instragram et ment à son père sur sa vie.

Mais quand elle est soudainement virée alors que tout commencer à lui sourire, elle doit retourner vivre dans la ferme familiale sans pour autant avouer la vérité sur sa situation. Entre quiproquos, mensonges et non-dits la vie de Katie n'est pas de tout repos.


Comme à chaque fois, Sophie Kinsella me transporte de joie avec ce nouveau roman. Les ingrédients sont les mêmes, une jeune femme, maladroite, inventive, un peu menteuse et terriblement sympathique qui se fait rattraper par ses mensonges. On pourrait s'en lasser à la longue, mais non, ça matche à tout les coups avec moi, je replonge volontiers dans ces histoires loufoques où la situation empire toutes les minutes et où on ne sait pas comment l'héroïne va s'en sortir.

Ici le contraste est mis entre le côté glamour et hype des grandes villes qui vendent du rêve notamment grâce aux réseaux sociaux et le côté vrai et authentique de la vie à la campagne. Attention Sophie Kinsella ne dit pas que la campagne « c'est mieux » et que les grandes villes sont à jeter à la poubelle, elle nous montre simplement que ce n'est pas facile tous les jours et surtout que tout n'est pas rose. La ville c'est dynamique, pleine de possibilités mais quand on n'a pas forcément les moyens, on galère un peu beaucoup. Et la campagne, c'est beau et dépaysant mais ce n'est pas toujours glamour.

Une autre critique est faite aussi, notamment sur les réseaux sociaux, ici plus précisément sur Instagram. Cette volonté de vouloir faire toujours la plus belle photo, montrer comme notre vie est cool quitte à mentir sur toute la ligne et à mettre en scène une vie qui n'est pas la sienne. L'influence d'un "j'aime" peut être très forte. 


Katie ou Cat, est vraiment une héroïne attachante, elle est pleine de bonne volonté, drôle, tenace et même si elle ne prend pas les bonnes décisions parfois, elle arrive toujours à retourner la situation à son avantage.

Demeter, la boss de Katie et le stéréotype de la Londonienne branchée avec son obsession pour le bio, le sans gluten et tout ce qui est tendance. Katie l’idolâtre littéralement mais entre image rêvée et image réelle, il y a parfois un grand fossé. 



En bref, voilà un roman parfait à lire à l'ombre dans son jardin par un bel après midi ensoleillé. Vous allez rire et vous allez être emporté par la pétillante Katie et sa tribu. Une belle leçon de vie où la vie idéale n'est pas forcément celle que l'on imagine.

mercredi 24 mai 2017

La brigade de l'ombre, tome 2 : Ne te fie à personne



Couverture La brigade de l'ombre, tome 2 : Ne te fie à personne



Auteur : Vincent Villeminot
Éditeur : Casterman
Parution : 5 avril 2017
Pages : 357
Prix : 15.90 €
Genre : Jeunesse, Policier
Public : à partir de 13 ans





Synopsis



Le type tressaillit en sentant le métal froid des menottes.
- Capitaine Jobert... Brigade des goules.
Elle vit les épaules se raidir, il commença à trembler.
- Tu comprends de quoi je te parle ?
- Je... Je...
Il se mit à pleurer, comme un môme.
- C'est la première fois ? demanda Diane.
- J'ai... j'ai blessé quelqu'un ?
Elle éprouva soudain un profond sentiment de pitié et de colère mêlées.
« Blessé ? si tu savais... Tu n'imagines même pas. »





Mon avis




La semaine dernière je vous parlais du tome 1 de La brigade de l'ombre : La prochaine fois ce sera toi de Vincent Villeminot que vous pouvez retrouver ici. Aujourd'hui, je viens vous parler du tome 2 : Ne te fie à personne en partenariat avec Livraddict et les Editions Casterman. 



Même si j'avais lu le tome 1 très peu de temps auparavant, j'étais vraiment heureuse de retrouver les personnages de la Brigade et ce fut une joie de me plonger dans une nouvelle enquête.
 


Après les événements tragiques du précédent tome, tout le monde semble avoir repris le cours normal de sa vie. Markowicz a autant de mal à communiquer avec ses filles, Fleur se désespère de revoir Antonin, Adé continue ses dessins étranges et hante les locaux de la Brigade, et l'équipe est toujours à la poursuite des goules qui hantent Paris.

Mais un nouvel assassin frappe dans la ville et il semblerait qu'il prenne les goules pour cible. En conflit avec la Criminelle, la Brigade de l'ombre va avoir du mal à enquêter sur ces meurtres. 



J'ai trouvé ici que l'accent était beaucoup plus mis sur la capitaine Jobert alias Diane de Moitié, c'est son personnage qui revient le plus dans le roman, ainsi que sur Adé, psychologiquement perturbée par le décès de sa mère.

Bien sûr, on suit les autres personnages mais j'ai trouvé que Diane et Adé apportaient chacune une vision différente de l'enquête. A la fois la vision sur le terrain et la vision de simple spectateur qui n'a pas tous les éléments en main.

De plus, on en apprend davantage sur le passé de chacun. Là où le premier tome se concentrait plus spécifiquement sur le crime et l'enquête, ici on se laisse volontiers dériver sur des souvenirs, des flash-back, des confessions. Ce qui rend plus humain et plus attachants ces personnages atypiques.



L
à encore l'écriture est fluide, les chapitres sont courts et se lisent très rapidement. Petit bémol pour la fin qui est "racontée" justement, on nous rapporte ce qui s'est passé sans être dans l'action. J'aurais voulu en savoir plus sur la finalité. 



En bref, un tome 2 dans la lignée de son prédécesseur, beaucoup de révélations jusqu'à la toute fin. Je recommande encore une fois ce roman que je trouve plein d'humour et bien mené.





lundi 22 mai 2017

C'est Lundi que lisez vous ? [38]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person's Journey Through a World of Books et repris par Galleane.
J'ai décidé de faire ce C'est Lundi toutes les 2 semaines, ne lisant pas à profusion, je pense qu'il sera plus fourni si je le publie tout les 15 jours.
 
Il faut répondre à trois questions chaque Lundi :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

 3. Que vais-je lire ensuite ?




Ce que j'ai lu les 2 semaines passées :



Couverture La brigade de l'ombre, tome 1 : La prochaine fois ce sera toi Couverture Ma vie (pas si) parfaite Couverture La brigade de l'ombre, tome 2 : Ne te fie à personne



Petite baisse de régime dans ma lecture, je n'ai pas vraiment réussi à trouver du temps pour lire et je me suis concentrée sur le MOOC Fantasy qui a débuté le 9 mai.

Bref, trois romans et trois très bonne lecture pour ce petit bilan. En commençant par le tome 1 de La brigade de l'ombre : La prochaine fois ce sera toi de Vincent Villeminot. J'ai beaucoup aimé cette histoire policière, Vincent Villeminot vise juste !

Une valeur très sûre pour moi avec Ma vie (pas si) parfaite de Sophie Kinsella. Je retrouve avec plaisir le style de l'auteur et une nouvelle héroïne dans la lignée de L'accro du shopping.

Et on finit avec le tome 2 de La brigade de l'ombre : Ne te fie à personne de Vincent Villeminot. J'ai donc enchaîné les deux tomes et encore une fois j'ai aimé cette histoire voir plus que l'autre.






Mes chroniques des 2 semaines passées :



Couverture L'été diabolik
L'été diabolik 

Couverture La mère des eaux
La mère des eaux

Couverture La brigade de l'ombre, tome 1 : La prochaine fois ce sera toi
La prochaine fois ce sera toi




Ce que je lis en ce moment :





Couverture Le langage des fleursLe langage des fleurs
Erika Boyer





Rose est dans une relation amoureuse qui ne la satisfait pas mais à laquelle elle ne parvient pas à mettre un terme. Elle supporte le comportement souvent abusif de son petit ami et se concentre sur ce qui a de l'importance pour elle, à savoir, la boutique qu'elle a héritée de son père. Mais le beau Ethan va venir mettre son coeur à l'envers et chambouler le faible équilibre de sa vie. 

Rose se laissera-t-elle cueillir par ce bel inconnu tatoué au charme indéniable ? Arrivera-t-elle enfin à se libérer de cette relation sans amour qui la lie à un homme dont elle pense être redevable ?

Une chose est sûre, l’été s’annonce plein de promesses et les mystérieuses livraisons de fleurs dont la jeune femme est gratifiée seront aussi surprenantes que réconfortantes.





Ce que je vais lire ensuite ?


Couverture DanMachi : La légende des Familias, tome 4

mercredi 17 mai 2017

La brigade de l'ombre, tome 1 : La prochaine fois ce sera toi




Couverture La brigade de l'ombre, tome 1 : La prochaine fois ce sera toi
   Auteur : Vincent Villeminot
    Éditeur : Casterman
    Parution : 1 juin 2016
    Pages : 308
    Prix : 15.90 €
    Genre : Jeunesse, Policier
    Public : à partir de 13 ans


Fleur vérifia sur son téléphone : son père ne lui avait laissé aucun message. C'était curieux, ces trois appels successifs. Pourtant, elle décida de faire la morte. La morte... Une étrange façon de parler, à bien y réfléchir. Et glaçante, quand on l'associait aux coups de fil du commissaire Markowicz. Son père. Pour qui le pire était toujours sûr.






Mon avis




Vincent Villeminot, je l'avais découvert en lisant Le copain de la fille du tueur qui avait été une véritable surprise du point de vue de l'histoire. J'étais donc très enthousiaste à l'idée de lire un de ses autres romans. Quand j'avais fait dédicacer mon exemplaire du copain de la fille du tueur, l'auteur m'avait présenté ce roman ci. Une histoire de police sombre pour la jeunesse et après ma lecture, je dois dire que j'ai beaucoup aimé cette histoire.


Encore une fois, un élément de l'histoire m'a beaucoup surprise car ce n'est pas spécifié dans le résumé et il sort totalement de l'ordinaire. Et donc ma réaction a été "Ah ! Ok on intègre cet élément de façon tout à fait naturel, et tout le monde trouve ça normal, d'accord".

Je retrouve un peu la même impression que dans Le copain de la fille du tueur où l'auteur nous rajoute en plus de l'histoire naturel un élément étranger qui n'aurait pas sa place d'ordinaire. Nous sommes dans un univers somme toute basique mais cet élément apporté (et oui je garde le suspense) nous offre ce côté décalé qui m'a fait totalement accroché à la lecture.



Paris. Une jeune femme est retrouvée démembrée et éventrée dans les rues. Tout de suite on fait appel au commissaire Markowicz et à son équipe très spéciale car il semblerait que le crime relève de ses fonctions. Mais très vite le commissaire s'aperçoit que ce n'est pas un crime comme il en a déjà vu et que lui et son équipe sont les personnes visées. De plus son ex-femme et ses filles pourraient être les prochaines victimes...



Comme je l'ai dit précédemment j'ai beaucoup aimé ma lecture, on alterne entre les différents points de vue des protagonistes ce qui nous permet d'avoir la situation dans son ensemble. Les chapitres se lisent très vite et on est vite emporté dans l'histoire.
J'ai trouvé la fin un peu rapide mais elle reste cohérente.



L'équipe du commissaire Markowicz est des plus atypiques c'est le cas de le dire, chaque membres est disons spécial et leurs caractères sont très diversifiés ce qui en font des personnages attachants à souhait. J'ai particulièrement aimé le lieutenant Jobert ou Diane de Moitié, toute nouvelle recrue qui découvre avec des yeux neufs toute cette brigade. De plus chacun à un surnom et ça c'est un truc que j'apprécie. Petite touche d'humour dans ce thriller.

Mention spéciale aussi pour la cadette du commissaire, qui semble sortir d'une autre époque, elle est vraiment marrante. Et ses analyses sont très justes.



En bref, une histoire criminelle surprenante et passionnante, des personnages atypiques et très attachants. J'avais envie que cela dur plus longtemps. Vite la suite !

samedi 13 mai 2017

La mère des eaux

Couverture La mère des eaux


Auteur : Rod Marty
Éditeur : Scrineo
Parution : 4 mai 2017
Pages : 375
Prix :
Genre : Fantastique, Thriller
Public : Adulte




Synopsis



Après avoir subi une nouvelle fausse couche et appris qu’elle ne porterait plus jamais d’enfant, Emily est dévastée. Christopher, son mari, ne sait comment la consoler. C’est alors qu’ils sont appelés dans une communauté en Louisiane, au chevet de la mère d’Emily, que cette dernière n’a jamais rencontrée. Mais rien ne va se passer comme ils l’imaginaient. Pour Christopher, la sollicitude des habitants devient vite pesante, et les relations du couple commencent à se distendre… Que cache cette communauté coupée du reste du monde ? Pourquoi ses habitants ont-ils décidé de vivre reclus ? Et, surtout, que signifient ces rêves étranges qui troublent le sommeil d’Emily ? Un thriller fantastique sur l’obsession d’une femme prête à tout pour devenir mère. Quel qu’en soit le prix à payer…




Mon avis



Je tiens à remercier les éditions Scrineo pour m'avoir permis de découvrir ce roman. Rod Marty je le connais de vu grâce au roman Les enfants de Peakwood, sorti d'ailleurs chez Scrineo aussi, qui me fait terriblement envie mais qui moisi dans ma PAL depuis un certain temps. Je ne trouve jamais le bon moment pour le lire et c'est donc en tout le logique que je commence celui-ci.... Tu la vois la fille contradictoire que je suis ?! 


La vie d'Emily n'est pas la plus facile, malgré son énorme désir d'être mère, elle apprend après une troisième fausse couche, qu'elle ne pourra pas enfanter. Coup dur pour cette enfant adoptée de ne pouvoir donner la vie. Et son mari, qui a beau être le plus prévenant possible, n'arrive pas à la sortir de sa léthargie.
Mais un jour, le couple reçoit un coup de fil d'un notaire, qui leur apprend que la mère biologique d'Emily est encore en vie mais en état végétatif et qu'à la suite de la mort de sa grand mère maternelle, elle hérite d'une belle somme d'argent et du sort de sa mère.

C'est l'occasion pour Emily et Christopher de sortir de ce cercle vicieux. Pour Emily, la chance de connaître enfin sa mère et d'oublier un temps le drame qui la frappe. Et pour Christopher, la chance de revoir cette étincelle dans les yeux de sa femme, d'empocher un peu de sous et surtout de fuir ses démons.
Mais la situation ne semble pas être aussi idyllique qu'il n'y paraît. Le couple est accueilli chaleureusement, voir trop chaleureusement, surtout Emily et la vie dans cette communauté isolée de tous devient étrange ... 


Que dire de ce roman ... Quand j'ai refermé mon livre sur la dernière page j'ai enfin respiré. Je ne m'étais pas rendu compte d'avoir retenu mon souffle tellement l'histoire est oppressante et pleine de tension.
L'auteur a su transmettre la chaleur étouffante du bayou ce qui ajoute cette impression d'enfermement ma foi pas mal angoissante.
Sans trop en dévoiler, je ne voudrais pas vous gâcher le suspens, on est vraiment dans une communauté de Nouvelle-Orléans typiquement comme on l'imagine, avec ses mystères, ses rites étranges. On se sent vite comme de trop et on a qu'une seule envie, repartir rapidement car rien de bon n'arrive dans ce genre d'ambiance.

J'étais très curieuse de savoir le fin mot de l'histoire, pourquoi voulait-il tellement Emily ? Mais en même temps je n'avais pas envie de savoir car tellement j'appréhendais ce qui allait lui arriver. Sentiment assez étrange et totalement obsédant.


Le petit bémol du roman: son héroïne ! Même si au début je me suis vraiment senti mal pour cette jeune femme. Ce qui lui arrive est tellement affreux sachant que devenir mère c'est ce qu'elle voulait plus que tout. Elle m'est vite devenue antipathique. Son aveuglement et son obsession débordante au point de mettre Christopher dans la position d'un simple pion, un objet pour arriver à ses fins, m'a beaucoup déplu.
Elle fonce tête baissée sans se poser la plus basique des questions, ça m'a parue illogique. Après je ne suis pas dans sa position, peut être aurais-je réagis pareil, mais son comportement avec son mari, est quelque chose que je ne peux concevoir.

D'un autre côté, Christopher n'est pas tout blanc ni tout noir dans l'histoire. Même s'il aime sa femme éperdument, il y a certaines choses, qu'il a faites et qu'il cache, qui vont le desservir.

Quand aux autres ... les habitants ... Mon dieu ils m'ont fait froid dans le dos, dès le début. Leur trop grande gentillesse et leur constante présence dans le sillon du couple, est très dérangeante. On sent que ça ne tourne pas rond, qu'ils ne sont pas nets, et c'est d'ailleurs l'aveuglement d'Emily à leur sujet qui m'a énervé. 


En bref si vous avez envie de frissonner, de vous angoisser, ce livre est fait pour vous. Ambiance bayou sous une chaleur oppressante assurée ! Venez découvrir le secret de cette communauté ...

mercredi 10 mai 2017

L'été diabolik

Couverture L'été diabolik

Auteur : Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen
Éditeur : Dargaud
Parution : 08 janvier 2016
Pages : 168
Prix : 21.00 €
Genre : BD, Policier
Public : adulte




Synopsis



Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours... Pour Antoine, 15 ans, l'été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l'empire de l'Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.

Espionnage, policier, années 1960, relations père-fils... Un cocktail détonnant !




Mon avis



Gagnant du Prix BD Fnac 2017, cette BD était passée brièvement dans mon champ de vision mais je ne m'y étais pas attardée plus que ça. Et pendant les vacances du mois d'avril, je faisais un petit tour dans ma bibliothèque municipale et je suis tombée dessus. Après l'avoir feuilletée, les illustrations m'ont tapée à l’œil et hop elle fût empruntée.



Nous sommes dans les années soixante, Antoine, notre protagoniste, vit son adolescence tranquillement entre matchs de tennis et promenades en vélo sur les bords de mer. Mais à l'été 1967, tout va changer, son père disparaît mystérieusement. Une dispute quelques jours précédant sa disparition, d'improbables retrouvailles avec un agent des services secrets et un comportement étrange, froid et distant... Tout cela aurait-il jouer dans l'évaporation du père d'Antoine ?

Fuyait-il quelque chose ? Quelqu'un s'en serait-il pris à lui ? Toutes ses questions vont hanter le jeune homme bien des années plus tard. Il ne cessera de chercher des réponses mais à quel prix ?... 


Résultat de recherche d'images pour "l'été diabolik"


Je vais parler tout d'abord du dessin, que j'ai trouvé tout bonnement magnifique. Je me suis crue dans les années 60, réellement, on retrouve les codes graphiques de l'époque, toutes ces couleurs psychédéliques et ces formes géométriques. Alexandre Clérisse a su insuffler une âme sixties à ce roman graphique. De plus, il a su recréer une ambiance particulière par rapport à certains personnages. Par exemple, Joan, l'américaine qu'Antoine rencontre, qui est très libre d'esprit sur ses mœurs sexuelles ainsi que sur ses consommations illicites, va avoir des tons chauds, psychédéliques, des formes arrondies pour faire ressortir toute la sensualité qu'elle dégage.



Résultat de recherche d'images pour "l'été diabolik"

 
J'ai beaucoup aimé aussi, la représentation de l'architecture et ses plans coupés qui nous montre de loin ce que fait chacun en une seule image.


Résultat de recherche d'images pour "l'été diabolik"



Pour l'histoire en elle-même, j'ai parfois été perdue dans les informations que l'on m'a fourni. Mais étant donné que le héros ne comprend pas forcément ce qu'il voit puisqu'il reçoit en même temps nous les informations pèle mêle, son esprit est embrouillé et nous le sommes à notre tour aussi.

De plus cette ambiance "espion" à la James Bond, bien habillé, toujours classe, est typique du fantasme des années 60. L'espion qui fait tombé toutes les femmes, sûr de lui et qui boit un verre tranquillement avec son ennemi. Tout ceci est tellement bien fait.
Le mystère de la disparition reste entier jusqu'à la fin de l'histoire, avant de rentrer dans la partie "de nos jours" du roman. Car en effet il y a deux parties. En fait le héros beaucoup plus âgé mais toujours hanté par le mystère de cet été là, nous raconte les faits comme il les as perçu (ce qui explique les épisodes décousus et l'imagination parfois débordante de l'adolescent) et nous délivre ensuite le fin mot de l'histoire, auquel je n'avais pas pensé du tout.



En bref, même si l'histoire ne détonne pas vraiment, le gros point fort de cette BD ou roman graphique, ce sont les dessins. Magnifiques, remplis de couleurs c'est un régal de les regarder. J'ai même refait tourner les pages sans lire l'histoire juste pour admirer les illustrations.



Résultat de recherche d'images pour "l'été diabolik"


lundi 8 mai 2017

C'est Lundi que lisez vous ? [37]






Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person's Journey Through a World of Books et repris par Galleane.
J'ai décidé de faire ce C'est Lundi toutes les 2 semaines, ne lisant pas à profusion, je pense qu'il sera plus fourni si je le publie tout les 15 jours.
 
Il faut répondre à trois questions chaque Lundi :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

 3. Que vais-je lire ensuite ?





Ce que j'ai lu les 2 semaines passées :




Couverture Peter Pan (roman) Couverture L'été diabolik Couverture Les enquêtes d'Enola Holmes (BD), tome 1 : La double disparition Couverture Un palais d'épines et de roses, tome 1 Couverture La mère des eaux



Petites semaines mais beau bilan car j'ai eu un coup de cœur ! Avec Un palais d'épines et de roses de Sarah J.Maas, nous replongeons dans le conte revisité de la Belle et la Bête. Comme je disais un gros coup de cœur pour moi mais je n'en dirais pas plus, allez voir ma chronique ici.

Pour le book club du mois d'avril de Livraddict, le livre choisi était Peter Pan de James Matthew Barrie. Un livre que je connaissais en dessin animé mais que je n'avais pas encore lu. C'était l’occasion et je ne regrette pas.

Deux BD empruntées depuis mes vacances mais que j'avais laissé traîner. Donc je me suis lancée dans la lecture de L'été diabolik d'Alexandre Clérisse et Thierry Smodelren. Une belle BD graphiquement, je me suis un peu perdu dans l'esprit de l'auteur mais cela reste une bonne histoire.

J'ai enchaîné avec Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 1 : la double disparition de Serena Blasco et Nancy Springer. Ici on ne suit pas Sherlock mais sa petite sœur !

Et j'ai fini mon week-end avec La mère des eaux de Rod Marty, un thriller fantastique un brin angoissant. L'héroïne m'a beaucoup agacé mais la lecture reste plaisante.







Mes chroniques des 2 semaines passées :



Couverture Le secret de la dame en rouge
Le secret de la dame en rouge

Couverture Détective sur cour
Détective sur cour

Couverture Un palais d'épines et de roses, tome 1
Un palais d'épines et de ronces

Défi PKJ de mai






Ce que je lis en ce moment :

 



Couverture Red queen, tome 3 : King's CageRed queen, tome 3 :

King's cage


Victoria Aveyard



Mare Barrow a échangé sa liberté contre celle de ses amis. Retenue prisonnière par l’homme qu’elle aimait autrefois et désormais roi, Maven, elle est dans l’incapacité d’utiliser son pouvoir et subit maintes humiliations et mauvais traitements.

Pendant ce temps, la rébellion continue de s’organiser, de s’entraîner et d’étendre son influence, plus que jamais décidée à lutter contre l’oppresseur. Mais en l’absence de la faiseuse d’éclairs, qui mènera cette armée au bout de son ambition ?






Ce que je vais lire ensuite ?



Là j'avoue j'en sais rien....

samedi 6 mai 2017

Un palais d'épines et de ronces

Couverture Un palais d'épines et de roses, tome 1

Auteur : Sarah J. Maas
Éditeur : Éditions de la Martinière
Parution : 9 février 2017
Pages : 525
Prix : 18.90 €
Genre : Fantasy
Public : à partir de 15 ans




Synopsis



En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l'irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.
Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n'a rien d'un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.
Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s'étendre à celui des mortels ?
A l'évidence, Feyre n'est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d'origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?
Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.




Mon avis




Comme vous le savez peut être, les contes ont une place importante pour moi, ils ont bercé mon enfance, j'ai cherché leur vraie origine et leur vraie histoire et j'affectionne énormément les réécritures de ceux-ci.
Donc si je parle de réécritures, tu te doutes bien que le roman dont je vais parler, en est une. Ici ce n'est rien que le très populaire La Belle et La Bête qui nous est présenté.

Et je dois dire que j'ai littéralement dévoré ce livre. Je l'avais reçu dans la box hors série de Mille et un Livre, accompagné de goodies mais je ne l'avais pas lu de suite dès la réception. J'avais laissé passer le temps et il commençait à se faire oublier dans ma PAL. Et puis sur Livraddict, une lecture commune s'est ouverte et je me suis dit "Tiens ! c'est l’occasion !".
Et ça a été un véritable coup de cœur pour moi



Ici, après une guerre sanglante entre les humains et les Fae, des êtres immortels aux pouvoirs extraordinaires, le monde est divisé. La plus grande partie du royaume appartient aux Fae et une toute petite partie a été laissée aux humains et entre les deux un énorme mur invisible empêche chacun d'aller sur le territoire de l'autre.
Mais des rumeurs courent, il y aurait des failles dans ce mur et certains immortels se seraient glissés en territoire humain.

C'est ce que va découvrir Feyre, dont la famille totalement ruinée a beaucoup de difficultés à survivre. En pleine chasse, elle se retrouve nez à nez avec un énorme loup qu'elle tue. Or il s'avère que le loup en question était un immortel, pas de chance !
Un soir après l'incident, une énorme bête surgit dans la chaumière de la famille et exige réparation pour ce meurtre, une vie contre une vie. Feyre se retrouve donc emmenée contre son gré au royaume de Prythian, parmi les immortels qu'elle méprise. Elle se voit déjà soumise en esclavage ou pire encore mais on l'accueille comme une invitée et elle va vite se rendre compte que quelque chose cloche. Une malédiction frappe le château et un mal envahit les terres des immortels.

Il semblerait que Feyre pourrait jouer un rôle dans l'anéantissement de tout cela. Mais y arrivera-t-elle avant que ce mal envahisse aussi le territoire humain ? 


On a ici un univers extrêmement riche, en descriptions, en mythologie ... On retrouve la mythologie du monde féerique que l'on a pu lire dans d'autres livres, à savoir les différentes cours, le côté très beau mais aussi très cruel des Fae ...
Cela apporte une véritable structure à l'histoire qui arrive à nous faire sortir de l'esprit, l'histoire originelle et qui se démarque ainsi et qui arrive à nous conquérir complètement. 

Mon ressenti sur ce roman. Pour moi il y a vraiment deux parties distinctes, une partie découverte où là on a vraiment des similitudes avec le conte original, c'est un peu lent à certains moments et ça a pu en lasser certain(e)s comme j'ai pu le lire dans d'autres chroniques. Petit clin d’œil, une scène m'a fait penser au conte de Cendrillon, je ne sais pas si c'est volontaire ou non mais ça m'a fait sourire.
Personnellement cela ne m'a pas dérangée, j'ai découvert certains rites du monde féerique et j'ai trouvé ça intéressant.
Et une partie "action", beaucoup plus rythmée, des choses nous sont révélés. Cette seconde partie est beaucoup plus violente, nettement plus matures à mon goût. Des passages sont parfois crus et gores, ce qui me fait dire que ce roman n'est pas destiné à un jeune public.

Au niveau de la romance, je l'ai trouvé parfois trop présente dans le récit, je voulais que l'on avance sur toutes les questions qui se posent dans la lecture, sur la malédiction ... Mais bon c'est quand même le gros point de l'histoire donc il en faut quand même. 


Les personnages sont très bien construits et complexes, toute la partie Fae est très mystérieuse et on comprends pourquoi très vite. Tamlin m'a fait beaucoup rire dans certaines situations. Mais je l'ai vraiment perçu comme un personnage secondaire, il est la "clé" de tout ce qui se passe ou c'est passé mais dans le roman il n'a pas vraiment de rôle prédominant. Il reste assez passif et j'aurais voulu voir un peu plus de lui dans l'histoire mais je suppose qu'il se révélera dans le tome 2.

Feyre m'a parue très froide aux premiers abords, elle doit tenir à bouts de bras tous les membres de sa famille qui se reposent trop sur elle. La place aux sentiments n'est pas de mise et quand elle se retrouve au château elle est entourée d'ennemis donc bon, on peut comprendre un peu sa froideur.
Mais dans la seconde partie de l'histoire dont je faisais allusion, elle prend vraiment les choses en main, elle s'est attachée à certaines personnes qu'elle veut protéger ... On sent qu'elle a un cœur pur et on admire sa volonté de fer.

Petite déception pour Lucien qui, dès que j'ai découvert son personnage, me faisait l'illusion d'être le trublion du groupe, la touche humour du roman, ce qu'il est dans un sens mais pas autant que je l'imaginais. Il cache une part de souffrance que l'on imagine pas. Par contre est ce qu'on peut s'arrêter deux secondes sur son nom ! Tout le monde a des noms inventés, qui sonnent féeriques à l'oreille et lui il s'appelle Lucien ! Je n'ai rien contre ce nom que je trouve beau mais pourquoi une telle différence ??

Même les méchants sont réussis ! Ils sont charismatiques, pleins de nuances. Vraiment complexes pour certains et pour autres vraiment cruels et remplis de noirceur. 


En bref, l'auteur a su créer des personnages à plusieurs facettes, toutes réussies les unes des autres. Il y a un véritable travail, un travail monstre même, sur les personnages ainsi que l'univers. Même si parfois, il y a des passages longs et se laisse happer par l'histoire jusqu'à ne plus pouvoir lâcher son livre. J'attends la suite avec une grande impatience. 


jeudi 4 mai 2017

Détective sur cour

Couverture Détective sur cour


Auteur : Romain Slocombe
Éditeur : Editions Syros
Collection : Souris noire
Parution : 2012
Pages : 122
Prix : 6.35 €
Genre : Jeunesse, Policier
Public : à partir de 10 ans





Synopsis




A la suite d'une chute spectaculaire lors d'une compétition d'alpinisme, Karima se retrouve les deux jambes et le bras droit dans le plâtre. La voilà coincée sur un fauteuil roulant dans l'appartement qu'elle habite avec sa mère et son frère, au huitième étage d'un immeuble de cité. Pour la distraire, son kiné lui offre une paire de jumelles en référence au film d' Hitchcock Fenêtre sur cour. Il ne croit pas si bien dire... Karima se met à scruter l'immeuble d'en face et se prend très vite au jeu.



Mon avis



Hello you ! Petite lecture que je te présente aujourd'hui, il s'agit de Détective sur cour de Romain Slocombe. Si tu es fan des films Hitchcock comme moi, tu verras la petite référence au film Fenêtre sur cour dans le titre et pas seulement ! 



Comme pour le film, notre héros, ici une héroïne, Karima se retrouve bloquée sur un fauteuil roulant après un accident d'alpinisme. Contrainte de rester cloîtrée chez elle, elle n'a pour distraction que les visites rares de ses amis après les cours et celle de son kiné. Soucieux de la sortir de la torpeur dans laquelle elle commence à s'enfoncer, il lui offre une paire de jumelles pour "espionner" ses voisins comme dans le film d'Alfred Hitchcock. Karima se doute bien qu'elle ne découvrira pas un meurtre en scrutant ses voisins comme dans le film mais qui sait....
Tout le monde a ses petits secrets... 



Alors ce livre est destiné à un jeune public, c'est la raison pour laquelle, il est si court et que l'histoire est facile à aborder. L'histoire est bien ficelée et se passe à notre époque, ce qui permet aux lecteurs de s'identifier facilement. L'intrigue bien qu'un peu simplette, les coïncidences qui font avancer l'enquête sont légion, reste un bon divertissement pour un jeune public.
Avec une belle morale à la fin pour finaliser l'histoire. 
La référence au film Fenêtre sur cour est quelque chose que j'ai beaucoup aimé, j'aime retrouver des références comme ça, sans pour autant copier l'histoire et c'est un bel hommage.



Les personnages ne sont pas assez travaillés pour que l'on puisse vraiment s'y attacher; néanmoins, Karima est une bonne héroïne: malgré sa peur, elle continue son enquête et n'hésite pas à se sacrifier.
Quant aux autres personnages, ce sont vraiment des personnages secondaires, je ne pourrais pas en dire plus car pas assez développés.

Le méchant reste quand même assez distant puisqu'il y a justement cette barrière avec les jumelles et donc peu d’interactions entre les personnages. 



J'aurais aimé plus d'enquête par contre, mon goût pour les intrigues ne se lasse jamais de faire des hypothèses. Mais là encore, public jeune, donc il n'est pas nécessaire de partir sur de trop nombreuses fausses pistes, au risque de l'embrouiller. 

En bref, un bon roman policier pour sa catégorie d'âge, même si je n'aime pas trop cataloguer. L'histoire est bien écrite, les personnages pas assez développés à mon goût mais cela ne gâche en rien la lecture.

lundi 1 mai 2017

Défi PKJ de mai




Voilà plus d'un an que Pocket Jeunesse nous propose chaque mois une liste de défis à relever avec nos lectures. Le principe est simple: à la fin du mois, il suffit de compter le nombre de challenges complétés pour connaître notre score. Vous pouvez réaliser plusieurs défis le même jour et une lecture peut remplir plusieurs critères.
Qui participera ce mois-ci?


Les 30 choses à réaliser au mois de mai

 

1) Apprendre un nouveau mot grâce à sa lecture.
2) Lire un livre PKJ.
3) Lire un roman qui se passe en Californie.
4) Être complètement accro à sa lecture.

 Couverture Un palais d'épines et de roses, tome 1

5) Parler du #défiPKJ sur les réseaux sociaux.

ici

6) Partager son avis sur un livre PKJ avec PKJ sur les réseaux sociaux.
7) L'auteur est une femme de moins de 30 ans (au moment de l'écriture).

Couverture Le langage des fleurs

8) Le sujet du harcèlement scolaire est abordé dans votre lecture.
9) Tomber sous le charme d'un/e nouveau/nouvelle book boyfriend/girlfriend.

 Couverture Ma vie (pas si) parfaite

10) Lire un livre disponible en poche (mais vous pouvez le lire en numérique ou en grand format).
11) Le prénom du héros/de l'héroïne commence par la lettre "i".
12) Le titre de votre lecture est composé de 2 mots.
13) Lire une suite que vous attendiez avec impatience.

 Couverture Ma vie (pas si) parfaite

14) Croiser le mot "chasseur" dans votre lecture.

 Couverture Un palais d'épines et de roses, tome 1

15) Un des personnages est une personne âgée.

Couverture Levius, tome 1

16) Préférer un personnage secondaire au héros.
17) On connait le signe astrologique du héros/de l'héroïne.
18) Lire un livre avec des fleurs sur la couverture.

Couverture Le langage des fleurs

19) Ajouter une prochaine sortie à sa wishlist/liste d'envies.

Couverture Genesis, tome 1 : Le défi des étoiles

20) Trouver une référence à Star Wars dans un livre.
21) Lire un livre avec un couple sur la couverture.
22) Un des personnages cache des éléments de son passé.

Couverture Ma vie (pas si) parfaite

23) Les remerciements de l'auteur font plus de 2 pages.
24) Le texte original n'est ni écrit en français ni en anglais.
25) Lire un livre de moins de 300 pages.

 Couverture L'été diabolik

26) Les droits de votre lecture en cours ont été vendus au cinéma.
27) Lire dehors.



28) Lire plus d'une heure d'affilée.

 Couverture Un palais d'épines et de roses, tome 1

29) Faire baisser sa pile à lire.

C'est dur mais on essaie

30) Lire un livre qui vous fait rire.

 Couverture Ma vie (pas si) parfaite