mardi 9 janvier 2018

Depuis l'au-delà



Couverture Depuis l'au-delà



Auteur : Bernard Werber
Éditeur : Albin Michel
Parution : 4 Octobre 2017
Pages : 436
Prix : 22 €
Genre : Science fiction
Public : Adulte







Synopsis



Je me nomme Gabriel Wells. 
Je suis écrivain de romans à suspense.
Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu'un que je connais personnellement: Moi-même.
J'ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui.
Pour résoudre cette énigme j'ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini.
En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts.
Et c'est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.




Mon avis




Cela fait longtemps que je n'avais pas rédigé de chroniques, entre déménagement et déprime hivernale, j'avoue: je me suis laissé submerger.
Une nouvelle fois, je viens vous parler de mon auteur français fétiche : Bernard Werber. Avec son tout dernier livre Depuis l'au-delà, Bernard Werber nous embarque dans l'au-delà où un auteur enquête sur sa propre mort. 


Gabriel Wells est un auteur qui connaît un succès important auprès du public mais est boudé par la critique littéraire qui le juge médiocre et sans envergures. Le domaine de Gabriel, c'est les enquêtes et il va lui falloir toutes ses compétences pour résoudre... sa propre mort.
En effet, un matin, il se réveille... mort... Il n'a aucun souvenir de ce qui s'est passé et est bien décidé à le découvrir.
Aidé de Lucy, une médium, Gabriel va filer ses proches et essayer de résoudre le mystère de sa mort.... 


On retrouve la plume de notre auteur cette fois-ci dans une enquête. Mais une simple enquête, ça ne serait pas marrant: Bernard Werber inclut donc dans son histoire, le monde des fantômes.
En effet Gabriel, notre héros, fera la connaissance de plusieurs fantôme partis depuis longtemps: tout d'abord son grand père, ancien flic, qui va d'ailleurs bien aider dans l'enquête, ensuite des stars de cinéma, de grands écrivains comme Sir Arthur Conan Doyle....
On assiste alors à des moments parfois assez drôles et fascinants.

Le récit est entrecoupé de passages de "L'Encyclopédie du savoir relatif et absolu", que les inconditionnels(les) connaissent bien, vu que Bernard Werber aime distiller un peu partout dans ses romans ces petits savoirs et anecdotes de notre monde. C'est si plaisant de lire et d'apprendre encore plus sur des sujets si variés.

Le sujet peut paraître léger sur la quatrième de couverture mais l'auteur place une réelle dénonciation du monde littéraire. En effet, comme pour la plupart des auteurs de science-fiction ou de fantastique...., Gabriel est rejeté par la critique littéraire alors que le public l'adore. Notre écrivain n'arrive pas à se faire accepter par les "bien pensants" car ses romans ne sont pas considérés comme de la vraie littérature mais plutôt comme un divertissement pour le petit peuple. Chose totalement révoltante mais qui existe réellement dans notre société, malheureusement. Bernard Werber soulève ici une polémique qui touche beaucoup d'écrivains et qu'il faudrait changer à tout prix.


Au niveau des personnages, j'ai bien aimé Gabriel, qui semble le seul à croire qu'il a été assassiné et qui, du coup, veut absolument enquêter. Je l'ai trouvé plein d'esprit et de compassion pour les autres. Il a une bonne répartie et les échanges entre lui et les autres personnages sont divertissants.

J'ai eu un peu plus de mal avec Lucy, dont j'ai trouvé certains comportements assez égoïstes, ce qui m'a déplu fortement. Je n'ai tout simplement pas compris certains choix qu'elle fait. Elle peut parfois se montrer si aveugle et butée que ça m'énervait grandement.
Dans tous les cas, le duo marche bien mais heureusement qu'ils sont secondés par les fantômes qui les aident grandement dans leurs investigations.



En bref, j'ai encore passé un agréable moment avec ce roman de mon auteur fétiche. L'enquête en elle-même s'est finie comme je l'imaginais, une fin digne de Bernard Werber !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire